AddThis Social Bookmark Button

Deux types de leadership effervescents

Parmi les six types de leadership que l’on reconnaît, deux types prennent de plus en plus d’essor, dans la sphère politique : le leadership transformationnel et le leadership silencieux.

LEADERSHIP TRANSFORMATIONNEL

Il s’agit du type le plus admis, en ce moment, et ce, mondialement, grâce à son efficacité et à la place qu’il fait à l’humain. Il permet d’initier les changements de façon harmonieuse.

Le leader transformationnel est le premier à agir, en prônant le comportement qu’il souhaite, en revanche, voir adopté par les autres.

Il communique sa vision avec crédibilité et conviction.

Tout problème, selon sa perspective, s’avère, plutôt, un défi à relever.

Il inspire, de fait, l’enthousiasme et le dynamisme.

La première étape du leadership transformationnel consiste en une vision clairement définie qui suscite l’intérêt des autres.

De là, il doit promouvoir cette vision, en faisant preuve de dévouement et de dynamisme. Le leader saisit toute occasion et emploie tous les moyens qu’il juge pertinents pour gagner son entourage à la cause de sa vision. Afin d’obtenir la confiance de son entourage, il doit agir avec cohérence et intégrité.

Ensuite, et par le biais d’une exploration continue, le leader s’acharne à trouver la voie qui convienne à sa vision, conscient de la possibilité d’impasses. Il demeure engagé et déterminé à travers la quête, n’hésitant pas, non plus, à s’en remettre à son expérience.

Tout au long de la concrétisation du projet, le leader demeure le pivot, perceptible et exemplaire, de par son attitude et ses actions. Il est un moteur et une source de motivation et de ralliement, demeurant réceptif et accessible.

Grâce à sa persévérance, il sait aussi rétablir la perspective et la conviction de son équipe.

Enfin, il n’hésite pas à féliciter, à célébrer et à récompenser les succès, convaincu du fait que la certitude d’appartenance fonde le dévouement profond et soutenu de chacun des membres de son équipe.

Le leader transforme d’ailleurs la vision de ces membres, par le biais de l’émulation : ceux-ci veulent être comme lui et agir comme il le fait.

Pourtant, à travers les aléas, le leader doit ne pas confondre confiance et réalité, et il doit ne pas reposer que sur un enthousiasme illusoire, ce qui peut le contraindre à abandonner s’il s’en rend compte.

Il doit s’assurer le concours d’individus qui seront attentifs au moindre détail qui compose les diverses étapes et les divers volets d’un projet et de sa concrétisation.

Enfin, il doit établir, auprès de son équipe, en présentant les possibilités, donc une vision toujours actualisée, la transformation ou le statu quo de l’organisme.

LEADERSHIP SILENCIEUX

Il repose sur quatre principes de la théorie de l’altérité : il est plus efficace d’agir que de parler, les gens sont plus motivés lorsqu’on leur accorde confiance et crédit, l’égocentrisme et l’agressivité ne sont ni nécessaires, ni profitables, et il faut que les gens aient l’impression d’initiative et d’accomplissement autonome.

Le leader silencieux convainc grâce à ses actions et à des arguments rationnels.

Il considère le bien-être des autres avant le sien.

Le travail demeure au centre de la prestation de ce type de leadership, qu’il faut bien se garder de sous-estimer.